• Réponse au Maire droit dans ses bottes

    Réponse au Maire

    Si certains accusent le « collectif transparence » d’être entré en campagne, ce dernier se garde bien actuellement de toutes velléités électorales. Qui voudrait poursuivre une gestion communale aussi opaque ?

    Les objectifs du collectif se situent à un tout autre niveau : à savoir, permettre à notre village de retrouver sa place de pionnier dans le paysage rural du Ried. Pour ce faire, nous souhaitons une gestion maîtrisée et transparente de l’argent du contribuable et une concertation ouverte avec tous  les habitants du village.

    Nous regrettons que le maire ne lise pas les courriers qui lui sont pourtant envoyés, sous enveloppe  mentionnant son nom et son titre. Ceci est à nos yeux une marque de grand mépris envers ses concitoyens.

    Quel maire respectueux oserait avouer publiquement dans la presse ne pas lire les courriers envoyés pas ses citoyens électeurs ?

     

    Nous continuons à nous interroger, dans la mesure où les réponses de M. Kloepfer par voie de presse, ne sont toujours pas suffisantes :

    -         Il affirme « la reprise des travaux (de voirie dans les rues de l’Est et d’Ostheim) est impossible avant l’accord des subventions ». Cela signifie-t-il que les travaux ont débuté avant même L’ACCORD des subventions ?

    Quel gestionnaire avisé entamerait des travaux d’aussi grande importance sans savoir s’il aura les moyens de les payer ?

    -        Il poursuit « Cela fait 25 ans qu’il faut rénover la station d’épuration ». M. Kloepfer en est à son deuxième mandat en tant que maire : qu’a-t-il fait pour la mise aux normes de cette station obsolète et pour protéger l’environnement ? Quel citoyen responsable accepterait la pollution engendrée par le non-traitement de ses déchets ? Où vont les boues saturées quand elles partent en camion ? Qu’advient-il du « lisier » qui n’est pas évacué ?

    Quel élu sérieux oserait prioriser la construction de quatre lotissements durant ses mandats, et donc le rajout de plusieurs dizaines de maisons avec leur nombre d’habitants évacuant leurs déchets vers une station d’épuration déjà saturée ?

    -         Il prétexte un rachat de terrain avec une plus-value au détriment de la commune de 25000 euros, qui correspondrait à une « indemnisation de résiliation de vente » : cette somme nous parait phénoménale proportionnellement au prix du terrain (quasiment ¼ du prix !). Si « le Maire a décidé d’attribuer le marché global des travaux du lotissement à une entreprise » au courant du printemps, alors qu’il a vendu ce terrain comme étant constructible et loti en février, c’est que les projets ne sont, ni décidés, ni prévus à longs termes par le Conseil Municipal.

    Quel promoteur consciencieux se permettrait de vendre des terrains non encore lotis et donc non constructibles avec « la promesse d’un début de construction en juin » ?

    -        Nous ne reviendrons pas sur l’histoire du permis de conduire.

     

    Nous nous tenons à la disposition de Monsieur le Maire pour un éventuel débat public ouvert à tous les habitants.

     

                                                                  Le collectif transparence.

    « L’article paru dans les DNA du 28 septembreCompte rendu de la réunion du Conseil Municipal de Jebsheim du 27/09/2012 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :